Histoire: Les Anglais et la Riviera

Publié le par Résidence Matine

Côte d'Azur

::  Un peu d'histoire


Quelques dates importantes

- VIe siècle av. J.-C. : fondation de Nice par les Marseillais, puis d'Antibes et de Hyères.
- 1800 ans av. J.-C. : des chasseurs ligures gravent au silex des signes magiques sur les pentes sacrées du mont Bego.
- Ier siècle av. J.-C. : les Romains affirment leur présence en Provence, construisant villes, ports et voies routières. Arles détrône Marseille.
- 413 : invasion des Barbares.
- IXe siècle : création du premier royaume de Provence.
- XIIIesiècle : rattachement à la Provence de Nice et de Grasse.
- XIVe siècle : les papes s'installent à Avignon pour 70 ans.
- 1388 : en s'offrant aux comtes de Savoie, Nice et les Alpes-Maritimes passent à l'Est.
- 1481 : la Provence devient française, à l'exception de la Savoie, de Monaco et du comtat Venaissin.
- XVIIe siècle : Richelieu puis Louis XIV renforcent le pouvoir central.
- 1720 : terrible peste qui décime la population. Marseille perd la moitié de ses habitants.
- 1789 : la provence, avec à sa tête Mirabeau, n'est pas la dernière à participer à la Révolution. Avec l'instauration des départements disparaît l'ancienne Provence.
- 1815 : Napoléon débarque de l'île d'Elbe et emprunte, par Grasse, Digne et Gap, la route dite « Napoléon ».
- 1848 et 1851 : de nombreuses villes provençales manifestent de profonds sentiments républicains, à l'occasion de la révolution de 1848 d'abord, puis lors du coup d'État de Napoléon III.
- 1854 : fondation du Félibrige, mouvement régionaliste culturel.
- 1860 : le comté de Nice et la Savoie sont rattachés à la France, en échange de l'intervention de Napoléon III en faveur de l'unité italienne contre les Autrichiens. L'année suivante, Menton et Roquebrune sont rachetés à la principauté de Monaco.

Publicité

Les Anglais et la Riviera

Quand Tobias Smollett traversa la rivière du Var à “ dos d'homme ” en 1763, le Niçois qui le portait ne se doutait sûrement pas que son “ cavalier ” allait être à l'origine du tourisme sur la Côte d'Azur ! Smollett, un écrivain anglais qui publiait des récits de voyage, fut séduit par Nice, et toute l'Angleterre fut émerveillée d'apprendre que les amandiers y étaient en fleurs au mois de janvier.

Les Anglais sont fondamentalement “ globe-trotters ” et, dès le XVIIIe siècle, on pouvait croiser de vieilles ladies remontant seules le Nil sous l'œil médusé des indigènes, des familles entières visitant la Turquie, ou des colonels à la retraite étudiant les animaux d'Afrique. Il en fallut peu pour les convaincre que la Côte d'Azur était un endroit formidable pour hiverner. Baignades à Noël ou footing à l'heure de la sieste, les Provençaux étaient peu préparés à recevoir ces bâtisseurs d'empires qui s'agitaient sous le soleil de la mi-journée. Pourtant, bien que ces hordes de Britanniques aient, durant deux siècles, quasiment annexé la Côte d'Azur en créant une vraie société parallèle, ils furent plutôt bien accueillis par la population locale. Ils apportaient à la région richesse et renommée.

Dès 1820, la ville de Nice comptait plus de 100 familles britanniques, et même une église anglicane. La reine Victoria tomba elle aussi sous le charme de la Côte d'Azur et y passa les sept hivers précédant sa mort. Elle résidait sur la colline de Cimiez et se promenait beaucoup, entourée de ses serviteurs hindous et de sa garde écossaise, ce qui laissait les Niçois perplexes quant aux coutumes vestimentaires britanniques... Alexandre Dumas déclarait en 1851 que Nice était une ville anglaise où l'on pouvait même rencontrer des Niçois ! Loin de prendre ombrage de cette véritable colonisation, ces derniers - outre la fameuse “ promenade des Anglais ” - baptisèrent beaucoup de rues en hommage à leurs étranges “ invités ”, comme la “ rue Smollett ”...
Menton était si célèbre pour son climat que les médecins anglais y prescrivaient des séjours à la moindre petite toux ! Augustus Hare, un autre écrivain justement établi à Menton, fit à son tour beaucoup pour la renommée de la Côte d'Azur. C'était un protestant austère et pieux qui vivait la Bible à la main. Somerset Maugham relata, après un séjour chez Hare, l'anecdote suivante : il lisait à son personnel des extraits des Saintes Écritures dans le but louable d'“ anglicaniser ” les indigènes catholiques...
La rive française du Var fut délaissée par les Anglais jusqu'en 1834, date à laquelle lord Henry Brougham - un homme politique à l'origine de l'abolition de l'esclavage - découvrit Cannes. Quand il arriva sur la Côte d'Azur pour aller à Nice, les gardes-frontières italiens le refoulèrent à cause d'une épidémie de choléra. Furieux, il rebroussa chemin et dormit à Cannes. Il lui fallut moins d'une semaine pour oublier Nice tant il se plut dans ce petit village de pêcheurs. Il acheta immédiatement un terrain, fit construire la villa Éléonore, et stupéfia les Cannois en créant un immense jardin sans légumes qui consommait des quantités d'eau incroyables afin de maintenir en vie des rosiers venus d'Angleterre ! Mais l'étonnement des Provençaux ne faisait que commencer. Sous son impulsion, beaucoup d'autres Anglais y firent construire des palais baroques et obtinrent du roi des Français Louis-Philippe l'aménagement d'un port dont l'unique raison d'être consistait en l'importation de... gazon.

En 1868, Menton était reliée par voie ferrée à Paris et, par voie de conséquence, à Londres. En février de l'année suivante, le prince de Monaco annonça à ses concitoyens ravis que taxes et impôts étaient abolis : grâce au chemin de fer, le casino et la Société des Bains de Mer rapportaient désormais largement de quoi financer l'entretien et le développement de la principauté. Il faut dire qu'avant, le voyage était long et difficile : si on ne voulait pas risquer sa vie sur des chemins abrupts et fréquentés par des brigands, on venait par la mer.
Une fois son accès facilité, la Côte d'Azur attira une clientèle nettement moins sportive mais beaucoup plus fêtarde. Le fils aîné de la reine Victoria - le futur roi Édouard VII qui a sa statue à Cannes - était bon vivant, joueur et coureur de jupons. Il scandalisa la bonne société cannoise en demandant un soir à la célèbre chanteuse française Yvette Guilbert d'entonner des airs paillards ! Durant les Années folles, la Côte d'Azur fut l'endroit où l'on s'amusait le plus : une faune internationale envahit la “ French Riviera ”, et la France découvrit elle aussi les charmes de son Sud-Est.

Avec l'avènement des congés payés et les années 50 qui sonnèrent le glas des rentes coloniales, la colonie anglaise finit par se dissoudre, noyée dans la foule des nouveaux arrivants. En 1975, le consulat britannique de Nice fermait ses portes, mettant un point final à cette page d'histoire anglo-provençale où la définition du bonheur terrestre pouvait se résumer ainsi : naître à Cannes, vivre à Monte-Carlo et mourir à Menton...

Publié dans residence matine

Commenter cet article

voyance mail gratuite 26/09/2016 12:15

J’aime beaucoup les sujets que tu traites, qui semblent tellement simples et habituels pour nous blogueuses qu’on ne pense même pas à en faire un article.

voyance par mail gratuite 09/06/2016 17:15

Tu touches un point sensible là en effet je pense aussi que c’est un manque de confiance en moi.

voyance gratuite 29/04/2016 16:47

Merci pour ce très bon site, vraiment un panaché de bonnes et intéressantes idées. Surtout continuez ainsi. Bon courage
Cordialement